Bonjour !

LA CLIN de St Paul 1

Quels sont ses objectifs ?
Comment fonctionne-t-elle ?
Un diaporama pour tout savoir !
(téléchargement : entre 10 et 20 secondes)

oooooooooo

Pour visionner et/ou imprimer la plaquette de présentation de la CLIN de St Paul 1

Comment imprimer recto-verso ?
oooooooooo
Vous n'arrivez pas à lire
un document docx ou xlsx
(microsoft 2007) ?
Les mini-fiches du site pédagogique du rectorat de Paris vous proposent plusieurs solutions.
Séquences

CARTES HEURISTIQUES

CITOYENNETE

CONTES ET RENCONTRES

EVEIL AUX LANGUES

JEUX DE SOCIETE

LA LANGUE DE L'ECOLE

LANGAGE EN FÊTE

POESIE SANS FRONTIERES

SORTIES SCOLAIRES

THEATRE

Les TICE en CLIN

Un autre moyen d'organiser ses idées et de déclencher l'expression orale



Créer des cours numériques

Gestion de la classe

Sites et blogs d'enseignants CLIN

 

Recherche par école
Contact
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Bilans du site


- 2008 :      1.249 visites
- 2009 :    12.073 visites
- 2010 :    38.244 visites
- 2011 :    61.336 visites
- 2012 :    79.558 visites
- 2013 :  100.451 visites
- 2014 :  123.307 visites
- 2015 :  146.159 visites
Nb_visiteurs.jpg

EVEIL AUX LANGUES - Le papagei
LE PAPAGEI

Et pourquoi pas parler bilingue !



Une séquence EOLE

Education et Ouverture aux Langues à l'Ecole

proposée dans le cadre d'un partenariat CM1 - CM2 - CLIN

en vue d'une étendue ultérieure de la démarche aux classes des enseignants souhaitant participer au dispositif


S5005127.gif


Définition

Les démarches EOLE proposent une nouvelle manière d'aborder les langues dans la classe, en multipliant les occasions de passer de l'une à l'autre, en prenant appui sur ce que les élèves savent dans l'une pour mieux en comprendre une autre, en découvrant ce qui est semblable ou différent dans les unes et les autres, ceci dans une orientation interlinguistique, voire interdisciplinaire, concrète et permanente. [Elles] s'inscrive[nt] dans un ensemble de démarches connues aujourd'hui sous la dénomination "éveil aux langues".

Dir. Ch. PERREGAUX - C. DE GOUMOENS - D. JEANNOT - J.-F. DE PIETRO,
EOLE,
extrait de la présentation générale du Volume 1, 2003
 
La sensibilisation aux langues et cultures du monde,

pourquoi en CLIN ?

"Les activités d'éveil aux langues, nées sous l'impulsion de la commission européenne (programme Socrates Lingua), sont encore peu pratiquées dans les établissements scolaires[1]. Ces activités permettent pourtant de replacer chacune des langues que l'on côtoie dans un cadre plus global de sensibilisation aux langues du monde entier, y compris la langue des signes.
L'objectif n'est pas ici de devenir parfaitement plurilingue mais d'accéder à une conscience métalinguistique progressivement élaborée au travers de jeux, devinettes, mimes, chansons et travaux manuels qui attisent la curiosité et permettent de placer toutes ces langues sur un même pied d'égalité en les abordant dans le cadre d'une étude comparative accessible aux enfants, délogeant ainsi un à un les stéréotypes dont nous sommes tous victimes. Il devient alors possible de relativiser la suprématie du français à La Réunion et d'autre part de s'interroger différemment à l'égard des porteurs de langues-cultures de notre proche entourage.
Le deuxième intérêt de la démarche est, dans un second temps, et après avoir pris conscience que toutes les langues valent la peine d'être parlées, de revenir vers le français, langue de d'enseignement à La Réunion [...]. L'enseignant CLIN, référent interculturel potentiel, apte à la décentration ethnoculturelle et familier des contacts de langues, pourrait proposer et aider à mettre en place les supports existants en ce domaine dans les classes des enseignants volontaires[2] . Alors pourra-t-on peut-être, sans nier les travaux antérieurs réalisés en matière de diglossie ou de continuum, aborder la situation multilinguistique et multiculturelle de La Réunion en termes d'appétence et de complémentarité, dans le cadre de la vulgarisation de pratiques interculturelles à l'école".

P. DUBOIS, paradoxes et enjeux de la  CLIN en milieu créolophone, in Les Cahiers Pédagogiques n° 473, Enfants d'ailleurs, élèves en France, mai 2009



[1] Le rapport du Comité national d’évaluation de mars 2002 témoigne de la participation des chercheurs de l’IUFM de La Réunion au programme Evlang,  concernant l’impact sur les jeunes enfants de l’exposition à la diversité culturelle et linguistique. Mais cette expérimentation pédagogique interculturelle menée dans 13 classes réunionnaises peine à se reproduire à grande échelle dans le département, faute de formation  des enseignants.

 

[2] La circulaire du 21/01/2009 ne nous montre-t-elle pas la voie en attribuant aux enseignants CLIN 60 heures devant être consacrées à l’accompagnement des équipes d’école dans l’organisation et la création d’outils ?

 
 





PRESENTATION (extraits du volume 1)

La marionnette Papagei est polyglotte. En jouant avec elle, les élèves vont écouter, reconnaître, répéter et comprendre des mots de différentes langues.
Ils vont également découvrir par le jeu qu'il peut être utile et agréable de mêler plusieurs langues et pourquoi pas parler bilingue !


Langues utilisées : français, allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, italien, portugais


Ancrage disciplinaire : socialisation, communication


Enjeux : la marionnette polyglotte Papagei va entraîner les élèves au pays des langues et ces derniers vont retrouver des textes (poèmes) en français dans lesquels sont insérés des mots provenant d'autres langues. L'écoute est particulièrement sollicitée dans cette activité, tout comme la familiarisation avec des textes bilingues. La question qui se pose est de savoir quelles attitudes les adultes montrent face à de tels textes ou à des conversations bilingues : les considèrent-ils comme intéressants ou comme provoquant de la confusion ? Que nous disent en fait ces textes du rôle affectif des langues, de l'environnement dans lequel nous vivons et des connaissances linguistiques de certaines personnes ?
 
        
NOS TROUVAILLES


S5005142.gif

On apprend qu'en swahili, PERROQUET se dit KASUKU. Les élèves rient : en shimaore, KASUKU signifie "celui qui ne se tresse pas les cheveux". Le rapport avec le perroquet est vite trouvé car "quand il est en colère, il met ses plumes à l'envers".

Stéphane a eu l'idée de coller le perroquet sur un rouleau de papier toilettes, pour lui donner plus de volume.

Mohamed nous a appris à compter en arabe : wahed, ithnani, talata. Nous avons dû répéter plusieurs fois. Il a été très patient. Puis il a choisi la poésie en allemand : JA, JA, JA ! Pas de doute, c'est bien OUI. La lettre J a voyagé et changé de costume en arrivant en Allemagne.

Fabriquer un perroquet en carton, peindre et coller des plumes de toutes les couleurs, "ça met de bonne humeur", "c'est doux à toucher".

En créole, certains. disent que PERROQUET, ça se dit pareil mais ça s'écrit : PEROKÉ. D'autres proposent KAKATWA, ils l'ont entendu dans un conte.

En shimaore, pour l'instant on cherche. "C'est pareil, puisqu'on trouve pas !". A suivre...

René a choisi la poésie bilingue portugais-français. CHUVA, "ça veut dire : il pleut. C'est facile, j'ai trouvé tout seul. C'est l'image." Tiens, un seul mot suffit en portugais pour dire qu' IL PLEUT. En français, il en faut deux.

Saoudati a parlé en italien : BUON APPETITO. Ça donne faim, même à 10h du matin. Surtout quand on le dit avec l'accent, en appuyant bien sur l'avant-dernière syllabe. "On dirait du français qui chante !". "On comprend bien parce que la poésie est un peu en italien et beaucoup en français. C'est le français qui nous aide à comprendre."

"CABALLITO, c'est un mot espagnol. On voit un petit cheval qui porte une princesse sur son dos." CABALLITO, quand on prononce ce mot, on entendrait presque le bruit de ses sabots.

"On fait de l'anglais dans notre classe. Quand on retournera, on leur apprendra comment on dit NEZ : NOSE". C'est dans la poésie, au milieu. C'est le seul mot en anglais." PERROQUET en anglais, c'est PARROT." "En anglais, on ne dit pas les R". Et en créole ?

"En chinois, ils n'ont pas les mêmes lettres que nous". "C'est pas des lettres, c'est du dessin". Ce sont des idéogrammes. "Comment on peut faire pour lire ?". Il n'y a qu'un idéogramme chinois dans la poésie. Ecoutons l'enregistrement plusieurs fois et apprenons-le par coeur. On peut aussi s'entraîner à le dessiner dans le cahier. "Ah ! Tu vois que c'est du dessin !".

Amina n'a pas envie de parler aujourd'hui et a d'ailleurs décidé de coller des plumes sur toute la tête du perroquet, histoire de lui "clouer le bec".


S5005128.gif
 
 

Date de création : 26/04/2009 @ 21:14
Dernière modification : 27/10/2010 @ 16:40
Catégorie : EVEIL AUX LANGUES
Page lue 4879 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^